Une maison passive, c’est quoi ?

Pourquoi parler de maison passive ? Les bâtiments sont le premier poste de consommation d’énergie en France (44%, contre 32% pour les transports, indique EDF). Logique, face à ce constat, que le bâtiment soit particulièrement au cœur des économies d’énergie.

Une maison passive, c'est quoi ?

Quelques chiffres

En moyenne, en France, les bâtiments existants consomment entre 350 et 450 kWh/m²/an. Les maisons répondant à la RT 2005 devaient être sous la barre des 150 kWh/m²/an. Les Bâtiments Basse Consommation (BBC), pour leur part, doivent se situer sous la barre des 50 kWh/m²/an (moyenne France, selon localisation géographique), et les maisons passives sous le seuil de 15 kWh/m²/an.

La maison passive dans le cadre d’une construction

Dans le cadre d’une construction, 3 critères sont pris en compte pour avoir une maison passive :

  • Besoin de chauffage à 15 kWh/m²/an (vs les 50 de la RT 2012)
  • Etanchéité à l’air sous N50 [c’est l’indice de renouvellement d’air] à 0,6 vol/h (soit 4 à 5 fois mieux que pour la RT 2012)
  • Besoin en énergie primaire totale inférieur à 120 kWh/m²/an

Les principes de construction passive

Ainsi, les principes d’une construction passive sont : une isolation maximale, une bonne utilisation des apports gratuits solaires, une régulation thermique des flux d’air, un système de renouvellement de l’air permettant de récupérer les calories sortantes et de réduire les déperditions dues à l’air entrant, une étanchéité à l’air très performante, une utilisation d’appareils électriques et électroménagers performants, et un recours systématique aux énergies renouvelables.

La certification maison passive

On observe que très peu de chantiers vont au bout de la certification passive.

De fait, c’est le PHPP (logiciel de référence dans le calcul d’un bâtiment passif, utilisé depuis 20 ans, et qui intègre toutes les données : orientation du bâtiment, surface, matériaux, isolants, ouverture, double, flux, chauffage, énergie etc.) qui prime (vs chacune des composantes). Bref : rien n’empêche d’avoir une habitation haute performance sans certification en faisant des choix de qualité.